Le couturier Alber Elbaz est décédé. Un autre grand talent est victime de la COVID-19.



Le créateur de mode marocain Alber Elbaz meurt à seulement 59 ans, des suites de la COVID 19. Ancien directeur artistique de Lanvin et avant cela d’Yves saint Laurent, il était l’un des rares véritables couturiers du xxi siècle.

Alber Elbaz

Personnellement, je l’ai toujours considéré comme l’un des véritables grands talents de la mode de ces trente dernières années. Il n’a certainement jamais eu de chance, pas comme il le méritait. Nombreux sont ceux – en réalité beaucoup moins compétents que lui – qui ont connu un succès inégalé. 

Mais ce n’est pas l’acclamation médiatique ou l’assentiment à un système capable de distinguer, de rendre célèbre en quelques mois puis de passer à autre chose sans regret, qui honore le talent. Alber Elbaz était un génie doux, souriant et un peu lunatique, même dans son physique semblable au masque de Pierrot. 

Alber Elbaz et Lanvin

Quoi qu’il en soit, Elbaz peut être identifié parmi les quelques vrais couturiers que l’on voit à l’œuvre en ce XXIe siècle

Né à Casablanca en 1961 et élevé à Tel Aviv, Elbaz s’est installé à New York pour travailler dans la mode, rejoignant l’équipe du créateur Geoffrey Beene. 

En 1996, il rejoint l’équipe de Guy Laroche à Paris. Depuis lors, la capitale française est devenue son domicile. 

En 2001, il est devenu directeur artistique de Lanvin, transformant la maison de couture poussiéreuse en une marque super cool pour les femmes à la recherche de vrais vêtements : il a fait un miracle, transférant son expertise de couturier au prêt-à-porter de luxe.

Alber Elbaz et Yves Saint Laurent

En 2015, cependant, il a été mis à la porte, à la stupéfaction générale, en raison de désaccords avec les propriétaires. 

À partir de ce moment et pendant cinq ans, le silence s’est fait autour de lui : à l’exception d’une apparition chez la marque Tod’s : une durée très courte.

En 1998, nommé par Pierre Bergé directeur de la création d’Yves Saint Laurent, il n’a tenu que trois collections. 

Et pourtant, c’est ici qu’il trouve pour la première fois sa dimension idéale. 

Parce que cette marque qui porte le nom de la personnalité la plus importante de l’histoire de la mode après la Seconde Guerre mondiale était l’incarnation du chic parisien, sexy et « intellectuel »

Si ce dernier mot ne semble pas incompatible avec l’activité d’un tailleur, c’est pourtant le cas.

Alber Elbaz et l’utilisation du noir dans ses collections

La série de défilés qu’Elbaz réalise pour ses vêtements, est fait presque exclusivement avec du noir, tout noir, toujours noir. 

Elbaz le fait à une époque où le noir s’est imposé dans la mode internationale comme la signature stylistique de Rey Kawakubo et Johji Yamamaoto, le duo japonais basé à Paris à l’époque et salué comme le plus cool et le plus « conceptuel » du moment. 

Elbaz, cependant, utilise le noir d’une autre manière, il le fait en référence à un type de féminité qui ressemble à la Catherine Deneuve de Luis Buñuel et à la Charlotte Ramplig de Liliana Cavani. 

Chez Elbaz, l’amour pour le genre féminin est omniprésent : ce Marocain qui a grandi à Tel Aviv est peut-être le plus européen, le plus français et le plus parisien de tous. 

Rechercher

NB : Ce site existe uniquement pour divertir les internautes. Le contenu basé sur des rumeurs, des informations trouvée sur internet et des opinions personnelles, nous ne pouvons en aucun cas garantir la véracité des informations contenues dans ce site, si vous trouvez une erreur laissez nous un message nous nous chargerons d’y remédier au plus vite. La plupart des images utilisées sur ce blog, ont été recueillies en ligne, mais les droits d’auteur sont réservés aux photographes ou aux modèles. Si vous pensez que certaines images peuvent enfreindre vos droits d’auteur et si vous ne voulez pas qu’elles apparaissent sur ce site, s’il vous plaît laissez un message avec le formulaire de contact et nous allons les supprimer. Merci.
Nous contacter

Copyright 2021 Colchide - Mentions légales